RIDERS OF DEATH - Heavy/Speed/Thrash 80'

Antediluvian - Logos
Antediluvian

Logos

2013


Chro par : venom


Antediluvian est vraiment un groupe atypique dans la scène black bestial. Depuis ses débuts, ce groupe est en évolution constante, débroussaillant son propre chemin. Le groupe commence en 2006 avec une première démo, Prehistorik Khaos, qui s'est directement placé parmi les sorties les plus bestiales de l'époque : un black metal complètement primitif qui fait penser à un mélange entre le Bathory de "Possessed" et Beherit mais avec déjà une identité particulière.
Puis une seconde démo, Primeval Cyclical Catastrophism, et un split Serpent's Malignancy, sur lesquels le groupe commence à alourdir son black metal sous influence Vassafor.
Ensuite, à partir de la troisième démo, Under Wing of Asael, Antediluvian va commencer un peu à se death metalliser en s'influençant d'Incantation et de Teitanblood. Le chant est moins bestial mais plus profond et occulte en prenant des intonations à la Craig Pillard.
Enfin, cette évolution death metal va se confirmer sur le premier album, Through the Cervix of Hawwah. Ce disque aura d'ailleurs connu deux effets de mode : celui de dire qu'il s'agissait d'un disque révolutionnaire puis quelques mois plus tard de dire qu'il s'agissait d'un disque très moyen. Ces trendy nous feront toujours rire.
En tout cas, "trend" n'est vraiment pas un mot qui convient à la musique d'Antediluvian. Alors que la mode dans le black bestial est de se death metalliser en se donnant un gros son bien générique, Antediluvian décide de faire marche arrière ou plutôt aller dans une autre direction en se "dé-death metallisant".
Retour donc à un black bestial avec un son de guitare primitif qui retrouve un peu l'esprit pré- Under Wing of Asael. Les tempos sont revus à la hausse avec beaucoup moins de passages lourds. Pour ce qui est du chant, celui est encore plus profond qu'avant et par moment n'est vraiment pas loin de se rapprocher d'un Antimo Buonnano (Disgorge).
Cependant, depuis ses débuts, Antediluvian a toujours été un groupe plus ou moins replié sur lui-même avec une thématique très complexe qui se base sur la pré et proto histoire d'un point de vue biblique ( en gros la période avant le déluge) mais aussi sur l'ésotérisme et le fameux Livre de Thot qui livrerait tous les secrets de la tradition primordiale.
Des sujets très compliqués qui font mal au crâne mais qui ont apporté au groupe son aura occulte très personnel.
Sur Logos, le groupe semble vouloir pousser son concept à fond et proposer une musique aussi occulte que difficile d'accès. Il n'y a pas vraiment de riff ou du moins ceux-ci sont difficilement dicernables. Tous les morceaux sont basés sur la même structure et sont très proches les uns des autres. En fait, c'est un tout dont les parties sont difficilement dissociables les unes des autres. Ce concept du non riff semble avoir été placé comme une barrière pour éviter que n'importe qui (notamment les trendy) puisse entrer dans le monde occulte et élitiste d'Antediluvian. On peut appeler ça une sorte de baygon noir anti trendy.
Voilà donc un album complètement primitif et bestial avec une ambiance aussi occulte que barré qui n'est certainement pas destiné à tout le monde.
Retour